Centre espoir et joie ASBL

Changeons la société, pas les individus

Le centre d’activités de jour

Agréé pour accueillir 34 adultes présentant une D.I. sévère et profonde le centre d’activités de jour « Centre espoir et joie » se compose d’une équipe éducative et thérapeutique composées par des kinésithérapeutes, des logopèdes, des éducateurs, des psychologues, un infirmier, une assistante sociale, des ergothérapeutes.

Les besoins de la personne sont évalués de manière multidisciplinaire, grâce à différents outils spécifiques à chaque intervenant. Des objectifs de prise en charge sont alors dégagés et retranscrits dans le Plan de Service Individualisé du bénéficiaire. La famille est également invitée à cette réflexion lors de réunions de concertation et peut transmettre ses souhaits,ses désirs quant à la prise en charge de son enfant ou proche.


Les familles et les proches sont aussi invités lors des fêtes, des anniversaires ou lors de tout autre événement important qui rythme la vie des bénéficiaires (marché de Noël, spectacle musical,épreuves des Spécial Olympiques ).

Nos activités

Le centre d’activités de jour organise en journée un ensemble d’activités occupationnelles auxquelles sont inscrites toutes les personnes de l’Institution qui constituent deux groupes :

Pour les bénéficiaires dits « jeune », nous avons défini six domaines de stimulation sur lesquels les activités sont fondées ; regroupées en habilités :

Les habiletés conceptuelles :

  • Le domaine « sensoriel » concerne les différentes stimulations à valeur sensorielle. L’odorat, le goût, l’ouïe, la vue et le toucher sont donc explorés.
  • Le domaine « cognitif » correspond aux stimulations impliquant les ressources cognitives (mnésiques, attentionnelles, etc.).
    L’accent est mis sur le maintien des acquis scolaires (expression écrite, verbale et traitement numérique). Des activités telles que « jeux », « journal », etc. s’inscrivent dans ce domaine.
  • Le domaine de l’« expression » concerne les activités qui stimulent l’expression de soi des personnes accueillies ainsi que la communication de leurs envies et besoins sur un mode expressif qui leur est propre. On distingue deux types d’activités d’expression :
    • De nature « cognitive », c’est-à-dire qui impliquent un certain nombre de capacités scolaires et préscolaires comme les compétences verbales et/ou écrites. Différents supports à la communication alternative sont proposés au sein de ces ateliers afin de favoriser et de développer un mode de communication adapté à chacun. Le langage gestuel « Sésame » ainsi que le support visuel composé de pictogrammes et/ou de photos sont utilisés.
    • De nature « créative », basées sur des modes d’expression originaux tels que l’expression corporelle, les techniques de dessin libre, etc.. La musique ainsi que la peinture vont permettre aux personnes de communiquer leur état émotionnel du moment.

Les habiletés sociales :

  • Le domaine de « socialisation » correspond aux ateliers visant à développer et à maintenir les comportements sociaux adéquats et à favoriser les rencontres avec le monde extérieur. Certaines activités en lien avec la vie en communauté visent à développer une certaine solidarité et entraide entre bénéficiaires.

Les habiletés pratiques :

  • Le domaine « moteur » concerne les activités qui visent à maintenir la condition physique et l’aisance corporelle de chaque bénéficiaire par des exercices effectués soit en salle de sport, soit sur une piste d’athlétisme.
  • Le domaine de l’« autonomie » vise le développement et/ou le maintien du niveau d’autonomie individuelle de chacun dans la réalisation de différents gestes du quotidien (alimentation, etc.).

Pour les bénéficiaires Aînés, majoritairement en logement collectif adapté, les occupations proposées ont été pensées afin de trouver un équilibre entre sur-stimuler et sous-stimuler, tout en respectant le rythme de chacun ainsi que son état de santé et de fatigue.

Ces occupations s’articulent autour de trois grands axes :

  1. Le récit de vie : la restitution de l’histoire de vie des personnes, de leurs racines, de leurs origines au travers d’outils divers (récit de vie, ligne du temps, album photos, arbre généalogique, livres de recettes, musiques anciennes, etc.) est particulièrement importante. Cette « réappropriation » de sa propre histoire permet à la personne de maintenir un lien, un fil conducteur parcourant l’ensemble de sa vie. Les outils proposés permettent de stimuler la personne au niveau de la mémoire, de la structuration spatio-temporelle, de la reconnaissance de l’entourage. Restituer l’histoire de la personne D.I., c’est reconnaître l’autre en tant qu’être à part entière, possédant sa propre identité et un parcours de vie unique. Il s’agit de donner de l’humanité et de la dignité à la personne, de mieux la comprendre.
  2. La sensorialité : dans la littérature ainsi que dans nos prises en charge quotidiennes, il apparait que la stimulation de la sphère sensorielle (notamment via l’expérience snoezelen) s’avère très bénéfique pour les personnes présentant une déficience intellectuelle. Des déficits sensoriels importants peuvent s’ajouter au handicap présenté par les personnes que nous accueillions. Avec l’avancée en âge, ces déficits sensoriels peuvent s’accentuer. La stimulation sensorielle permet notamment une amélioration de l’humeur, de l’agressivité, de la communication, de l’anxiété.
  3. Les occupations d’autonomie, d’expression et d’intégration sociale :
    • Pour les occupations d’autonomie, il s’agit de maintenir et de stimuler les compétences acquises par la personne tout au long de sa vie. Ces compétences sont relatives à des gestes de la vie quotidienne (effectuer sa toilette, ranger sa chambre, réaliser des tâches ménagères telles que vider le lave-vaisselle, replier du linge, mettre la table, etc.).
    • Lors des occupations d’expression, les bénéficiaires sont encouragés à s’exprimer de différentes façon : il peut s’agir d’exprimer ses émotions à travers la musique, grâce au chant ou à l’utilisation d’instruments divers. Pour ce faire, un projet de musicothérapie a notamment été mis sur pied avec une musicothérapeute bénévole. Certains adultes du groupe des Aînés participent également aux spectacles mis en scène lors de diverses occasions.
    • Lors des occupations d’intégration sociale, les personnes sont amenés à maintenir le réseau social qu’ils ont pu créer par le passé. En effet, l’avancée en âge est associée à une diminution de la mobilité, ce qui peut entraîner une baisse des sorties extérieures et un certain isolement social. Pour pallier à cela, les sorties extérieures et d’intégration sociale sont favorisées au maximum. Pour que ces prises en charge soient fonctionnelles et les plus adaptées possibles, elles nécessitent de se dérouler dans les lieux de vie fréquentés par le groupe des Aînés. (exemple : les bains snoezelen se donnent dans les salles de bain, les occupations d’autonomie se déroulent en logement collectif adapté, etc.)

Le centre d’activités de jour assure également le suivi médical et paramédical de tous les bénéficiaires de l’Institution (centre d’activités de jour ou en logement collectif adapté). Au niveau médical, le bien-être physique de la personne doit primer avant tout autre besoin. L’état de santé physique, l’absence de souffrance due à la maladie est un des objectifs principaux. A la demande de la famille nous organisons soit la visite des spécialistes soit l’ensemble de soins. Ainsi par exemple les personnes âgées de plus de 50 ans dans l’Institution méritent une attention particulière. Des troubles spécifiques peuvent se manifester en raison du vieillissement :

  • Des troubles organiques : troubles cardio-vasculaires, troubles musculaires et squelettiques, affections respiratoires, troubles digestifs, troubles de la vision et de l’audition, troubles de la mobilité, etc.
  • Des troubles cognitifs : déclin des compétences métacognitives telles que l’attention, la mémoire, la perception, etc.
  • Des troubles psychopathologiques : troubles psychologiques et comportementaux (attitude de repli et d’isolement, dépression, délires, agressivité, hyperactivité, etc.), Psychoses déficitaires de l’âge adulte (états délirants et/ou hallucinatoires).

Cet ensemble de problèmes entraine une diminution de l’autonomie et des perturbations de l’orientation spatio-temporelle nécessitant une prise en charge plus importante et plus individuelle. C’est pourquoi, en plus des occupations journalières, des prises en charge paramédicales sont donc planifiées pour chaque personnes plusieurs fois par semaine. Ce type de prise en charge est particulièrement renforcé pour le groupe des Aînés puisque nous faisons le constat d’un besoin de soins de santé accru pour les personnes vieillissantes. Il peut s’agir de prise en charge dans le domaine de la logopédie, de la kinésithérapie ou de l’ergothérapie.